Raison et ambition à Dijon

Avec un groupe jeune mais prometteur, le RFDB veut faire aussi bien que la saison passée soit participer aux phases finales. Dans un groupe relevé, le pari est osé.

Battues en 1er tour de phases finales par les Grenobloises, futures finalistes (dominées par La Rochelle), les Dijonnaises ont assuré un minimum tout en constatant l’écart qui les sépare encore du très haut niveau. Ce revers assez lourd (40-3) a permis au staff et au club dans son ensemble de rebondir et d’établir une politique sportive sur deux ans. « C’était une saison de transition », note Didier Couette. « Désormais, on passe aux fondations avec pour objectif l’accession en Armelle-Auclair d’ici deux ans. On a établi un projet de jeu en fonction de ce but. »

Il poursuit : « Il faut absolument travailler sur l’intégration des cadettes et la formation. On a une vingtaine de filles qui  intègrent le groupe. On resserre aussi le projet de jeu, notre avenir se jouera là-dessus. » Bien que dominées à Bourg, le week-end passé (4 essais à 1), les Dijonnaises ont déjà donné satisfaction. « On a des perles », savoure le manager, qui se frotte les mains. Avec un staff étoffé avec le maintien de Jordan Gaudiller et les arrivées de Bruno Chetta et François-Paul Courtiol, le club a ses fondamentaux. Il le faut puisque la poule s’annonce redoutable avec pas moins de cinq équipes capables de jouer les premiers rôles (Illkirch Graffenstaden, Pontarlier, Chalon, Nevers, Dijon). « On a des adversaires de renom. On sera plus rapidement à niveau. L’an passé, nous avions débuté par des
matches plus aisés et ça ne nous avait pas rendu service. Cette fois-ci, on va pouvoir s’étalonner dès Pontarlier ce dimanche », confie pour sa part, le président Didier Foulont.
Une place parmi le duo de tête permettrait à ces Gazelles d’intégrer le prochain championnat de Fédérale recréé lors de la prochaine intersaison. Le cap est ainsi fixé pour des Gazelles bien décidées à bousculer la hiérarchie.

Jérôme ROBLOT, le Bien Public, le 16/09/2015 (crédit photo : Pierre PELLEGRINI)